L’Oreille du stadium semaine 42

Comme un vent de fraîcheur

En ces jours de trêve internationale (les Kazakhstan-Chypre et autres Liechtenstein-Arménie c’est plutôt chouette mais ça va un moment), les championnats régionaux, eux, nous ont permis de chasser la torpeur ambiante qui guettait au loin nos quartiers.

Restant sur deux productions réconfortantes, l’équipe fanion recevait, samedi dernier, un effectif de Binningen historiquement irrégulier mais ô combien complexe à dompter. Malgré des défections à la pelle, les jeunes loups locaux ont su associer solidarité collective et ambition balle au pied, offrant de fait un divertissement conforme aux nombreuses attentes des puristes. Si d’évidentes carences en expérience et de vice se font parfois ressentir, les disciples du binôme Langel-Ducommun peuvent néanmoins recourir aux facteurs de l’insouciance et d’un talent technique indéniable pour arriver à leur fin. Du succès 4-1 acquis par les Sang et Or, divers enseignements tactiques peuvent être illustrés, comme le jeu sans ballon et l’activité incessante des éléments offensifs, l’une d’elle ouvrant à Wayan Ducommun le chemin du but pour emballer les débats. Ce dernier – s’il jouit au même moment de toutes ses facultés physiques et cognitives – possède incontestablement toutes les cartes en main pour s’octroyer, à court terme, le rôle de chef d’orchestre des siens. Le futur globe-trotter Gaëtan Habegger ira également de sa petite réalisation, avant le show soudain du longiligne Damian Kelvin. Sans cogiter plus que cela, le transfuge de Xamax s’est payé le luxe d’une frappe imparable suivie d’une célébration plagiée au collègue Mbappé, qui nécessitera toutefois quelques ajustements à l’avenir. Le svelte Jonathan Cordova, d’un enchaînement dévastateur, mettra un point final à cette opposition.

La folie des grandeurs

Invitée à la table des beaux, grands et puissants, la 3ème garniture compte bien s’y éterniser autant que possible. A l’aide de son affirmation face à un Glovelier b opiniâtre, Griselli et ses partenaires maintiennent le cap et s’installent confortablement en haut du tableau. Bien en place et patients, ils ont passé l’épaule via des réussites d’Elioth Perreten et Valentin Blaser. Pour continuer de rêvasser, ils rendront visite demain à une réserve de Belprahon en proie aux doutes mais non moins dangereuse. Exclu pour un geste d’humeur, le fantasque et attachant Skenderi manquera à l’appel.

Tandis que les juniors A poursuivent leur parcours plus que positif (victoire 3-0, la troisième d’affilée), la « 2 » a vécu un réel martyre vendredi passé lors de la réception des Jurassiens de Diaspora. Menée de deux longueurs à une dizaine de minutes du terme, elle doit son salut au canonnier Danaël Kipfer et à son doublé plein de sang-froid et roublardise. Avec cette équité, les protégés du tout fraîchement marié David Krebs pédalent plus que jamais dans la semoule et se doivent de faire fructifier au plus vite leur récolte d’unités, sous peine de se morfondre davantage en queue de peloton. En expédition du côté de la lanterne rouge Courroux 2, ils devront impérativement montrer les crocs et rentrer au bercail avec la totalité de l’enjeu. (L’Oreille du Stadium)