L’Oreille du Stadium semaine 45

Navigation perpétuelle en eaux troubles

Le mois de novembre a souvent reçu un accueil relativement hostile de notre part. Rien de très personnel mais disons que l’on se passerait volontiers de son froid perçant, ses nuits qui tombent au milieu de l’après-midi, ses annulations de match par dizaines ou encore de ses premiers discours de fin d’année alliant platitude et démagogie. Heureusement, nous avons tout de même eu droit à quelques bonbons – certes plutôt âpres – à nous mettre sous la dent. Confessions.

Historiquement, la seconde phalange de l’institution a toujours pris un malin plaisir à se mettre en péril et mépriser la facilité. Cette fâcheuse routine d’emprunter les sentiers les plus scabreux et faire des pieds de nez aux multiples chemins de traverse s’offrant à elle. Comme si elle cultivait inconsciemment une forme d’empathie envers ces contrariétés chroniques. Hormis deux ou trois piges accomplies lors de l’ultime décennie, l’équipe réserve a systématiquement dû se résoudre à flirter intensément avec le spectre de la relégation. Et cette cuvée ne fera pas exception. Un mix générationnel pétri d’incontestables qualités variées mais dont les failles mentales l’amènent régulièrement à sa perte. Voici une semaine et sur une pelouse fortement abîmée par les intempéries, Longo et ses acolytes donnaient la réplique à une écurie de Courrendlin disciplinée et flanquée de certains éléments plutôt habiles balle au pied. Malgré une appréciable débauche d’énergie et deux pions signés de l’insatiable Duart Baftijari, les errances défensives locales ne seront, elles, pas pardonnées par leur hôte du jour (2-3). Avec cette sentence et les neuf unités comptabilisées auparavant, le collectif du duo Krebs-Ducommun termine cette phase aller du bon côté de la barre mais avec une modeste avance de deux points. Un environnement en permanente instabilité mais connaissant parfaitement les ingrédients pour se maintenir à flot.

Le coup de la panne

En manque d’arguments nécessaires pour rivaliser dans ce derby des hautes sphères, la « 3 » s’est inclinée face à un Bévilard-Malleray en totale confiance et recule de fait au cinquième rang tout en restant en embuscade. Déjà battu il y a quinze jours sur un score identique, les joueurs du mentor Maniaci connaissent un évident mais non moins compréhensible coup de mou. Ce qui n’enlève en rien à la remarquable moitié de saison réalisée jusqu’à présent. La lutte pour les places d’honneur fera rage. En baisser de rideau, les juniors A ont ponctué de fort belle manière un premier tour satisfaisant. Via une réussite de Noah Teissier – énième produit du centre de formation à tenir à l’œil– ces derniers maintiennent la cadence des fortes têtes du groupe en terminant à la troisième place, à seulement trois points du leader Grünstern.

Contrainte au repos forcé (la partie l’opposant à Courgenay a finalement été reportée au 17 novembre prochain), l’équipe fanion accueillera ce samedi le FC Portalban/Gletterens dans le cadre du premier tour de qualification en vue de la prochaine Coupe de Suisse. Militant également en deuxième ligue interrégionale, les Fribourgeois connaissent un délicat début d’exercice similaire à celui des Sang et Or. Dans ce bal des mal classés, qui aura droit à une dernière danse ? (L’Oreille du Stadium)